Lura

LURA

Cap-Vert 

LURA : chant, percussion - Osvaldo DIAS « VAISS » : guitare - Fernando ARAUJO : basse - Ivo COSTA : batterie - Antonio SANTOS VIEIRA « TOY » : piano

Artiste lusophone aux semelles de vent, Lura évolue à la croisée des cultures portugaises et capverdiennes. Née en 1975, l'année de l'indépendance de son pays, elle grandit dans le quartier créole de Lisbonne.

Bercée par les rythmes venus de ces îles sur et sous le vent, mais aussi par la pop portugaise, le jazz, la musique africaine ou la soul américaine, Lura revendique corps et âme ses racines capverdiennes, comme pour mieux les transcender : « Je chante la musique du pays de mes parents. Je m'identifie surtout à Santiago et à Santo Antao, car ce sont les îles de mon père et de ma mère. Chanter la musique du Cap-Vert, c'est comme vivre les choses que je n'ai jamais connues » glisse-t-elle dans un français souriant.

« Eclipse », quatrième opus de l'artiste, affirme un talent sûr et l'élégance naturelle d'une chanteuse qui n'en finit pas de surprendre. Composé par B. Leza, le compositeur historique capverdien, le morceau Eclipse est un trésor d'émotions et de sobriété. Il donne le ton de l'album, tout en finesse, acoustique et plein de grâce. Ce titre illustre parfaitement la sodade, ce sentiment confus de mélancolie et de tristesse, un rapport nostalgique à la terre, à la mer, et à la famille, chanté depuis toujours par les poètes, les marins et leurs femmes.

Que ce soit sur les grandes scènes des festivals en plein air capverdiens, dans les théâtres européens ou dans les salles américaines, elle sillonne aujourd’hui le monde, ayant notamment donné trois cents concerts au cours des trois années écoulées. Avec ses semelles de vent et sa voix dorée, Lura est venue de loin et risque de monter encore bien haut !

« Quand Lura danse, c’est toute la scène qui se déhanche. Quand Lura chante, les lumières se font brûlantes. Quand Lura sourit, le village s’enflamme. »
Philippe Andréoulis – Charente Libre

« Une voix rauque et envoûtante et un déhanché à vous faire perdre la tête. »
Axelle Maquin-Roy – Sud Ouest

« Elle a subjugué le public lorsqu’elle s’est produite en première partie des concerts de Cesaria Evora. Il faut dire que Lura, jeune chanteuse capverdienne, a déjà la carrure d’une grande : une aisance scénique indéniable, une voix ample, un talent inné, évident. »
Frédérique Briard – Marianne
 

Samedi 8 septembre, 22h30, salle des sports - concert

 

> myspace du groupe

> extrait vidéo 1

> extrait vidéo 2